Université d’été du 6 au 9 juillet

La Chaire McConnell-Université de Montréal en recherche-création sur les récits du don et de la vie en contexte de soins dirigée par Marie-Chantal Fortin (CHUM), Simon Harel et Catherine Mavrikakis (Université de Montréal) vous invite à participer à son université d’été qui se tiendra du 6 au 9 juillet prochain et prendra la forme d’ateliers de création intersectoriels pour créer des récits de soi autour du thème «Raconter la pandémie».

Poèmes-podcasts-essais-courts-métrages-capsules vidéo-récits écrits-contes-fables- pièces de théâtre-performances à plusieurs voix-installations-promenades-récits géolocalisés, plateformes de diffusion interactives, etc.

Avec Olivier Asselin, Karine Bilodeau, Imen Boughattas, Heike Harting, Mathieu Leroux, Pascale Millot, Marine Noël, Isabelle Raynauld, Bonnie Swaine et Ouanessa Younsi.

En collaboration avec l’équipe du projet «Récits face au Covid» retenu dans le cadre de l’appel à projet Impulsion de la Fondation Bordeaux-Université (sous la direction d’Isabelle Galichon).

En collaboration avec le CELCP, Centre de recherche des études littéraires et culturelles sur la planétarité.

Pour détails et inscription, voir ici.

Une journée d’étude organisée par Pascale Millot

Pascale Millot vous invite à vous joindre à la journée d’étude Éthique et poétique du care, le 16 avril prochain. Il y sera question de la manière dont le care, cette éthique du lien, du soin, de l’écoute et de la vulnérabilité peut nous aider à penser la littérature contemporaine. 

Sujet : Éthique et poétique du care dans la littérature contemporaine.

Quand : le 16 avril 2021, à compter de 9h.

Pour participer à la réunion sur Zoom:

https://umontreal.zoom.us/j/97084615889?pwd=VTFENEhBckpuSlUxZ1lRSHBLeDl5UT09

ID de réunion : 970 8461 5889

Code secret : 715948

Vous pouvez consulter le programme de la journée en cliquant sur le lien suivant :

http://figura.uqam.ca/actualites/ethique-et-poetique-du-care-dans-la-litterature-contemporaine

Journée d’étude interdisciplinaire sur le don

Vous êtes invité.es à une Journée d’étude interdisciplinaire sur le don qui se déroulera, en ligne, les 18 et 19 février prochains. Organisées par la chaire McConnel-Université de Montréal en recherche-création sur les récits du don et de la vie en contexte de soins (Marie-Chantal Fortin, Simon Harel et Catherine Mavrikakis), ces deux demi-journées seront l’occasion de réfléchir au concept de don dans la littérature, mais aussi dans d’autres domaines (médecine, économie, etc.). Notre collègue Pascale Millot présidera la séance du 18 février en après-midi où il sera question d’Antonin Artaud, de Sylvia Plath, de Lucrecia Martel et d’Alejandra Pizarnic.   

Pour assister à la réunion Zoom : https://umontreal.zoom.us/j/99487933197?pwd=WGxZZ0hRQmJtQTdIc1l4ZnhQRndUdz09

ID de réunion : 994 8793 3197

Venez rencontrer le poète et éditeur Rodney Saint-Éloi

Rodney Saint-Éloi, poète et éditeur, rencontrera les étudiants et les étudiantes, le mercredi 19 février, de 12 h 30 à 14 h, à l’Espace Moebius du cégep Édouard-Montpetit, à Longueuil (local D-2702), afin de leur parler, notamment, de son parcours, de sa poésie, de son rapport à la langue française, de sa maison d’édition, Mémoire d’encrier, et de son rapport à la littérature.

Cette activité a lieu dans le cadre de l’initiative Le français s’affiche!.

Information : cegepmontpetit.ca/francais

Communication de Pascale Millot à l’Université du Québec à Montréal

Le jeudi 5 décembre, en après-midi, notre collègue Pascale Millot prononcera une communication à l’UQAM dans le cadre d’un atelier québéco-norvégien sur le Nord, l’hiver et le vieillissement. 

Sa communication intitulée « Au beau milieu le Nord. Passages nordiques chez Denise Boucher et Michèle Plomer » consistera en une analyse comparative de deux romans québécois portant sur le vieillissement féminin : Au beau milieu la fin de Denise Boucher et Habiller le cœur de Michèle Plomer. 

On pourra aussi y entendre, notamment, la romancière Lise Tremblay y lire un texte inédit. 

Cette journée co-organisée par l’Université de Bergen, en Norvège, et L’Université du Québec à Montréal, permettra de réfléchir d’un point de vue littéraire, artistique et culturel, à l’articulation entre le Nord, l’hiver et le vieillissement. 

Entretien avec Yvon Rivard

Éric Martin, professeur de philosophie, nous convie à un entretien avec Yvon Rivard le 27 novembre prochain, à 12 h 15 au B-105. Il sera question de son dernier essai, Le chemin de l’école, dans lequel il se porte à la défense de la formation générale au cégep. 

Laboratoire de l’écrivain 2019

« La capacité d’inventer, de rêver et de fabuler appartient à chaque être humain et le nourrit profondément. C’est sans doute une des parts les plus fortes et lumineuses de notre humaine condition. Le Laboratoire de l’écrivain des Productions Langues pendues veut mettre en lumière le travail en amont du livre, ce travail qui accompagne l’élaboration d’un monde complexe de langage, qu’il soit poétique, narratif, dramatique ou discursif.

Pour ce faire, les écrivain.es Jonathan CharetteDavid ClersonFanie Demeule et Gilles Jobidon questionneront leur démarche par le biais de discussions sur le métier d’écrire, d’écriture in situ et de lectures d’extraits. L’artiste et chercheure Isabelle Choinière sera aussi des invité.es afin d’apporter un regard transdisciplinaire à la discussion. Cette année, une nouveauté, un partenariat avec le Festival interculturel du conte de Montréal nous permettra de recevoir notre première participante internationale, soit la conteuse belge Catherine Pierloz.

L’événement, qui se déroulera dans le Vieux-Longueuil, est une occasion de performance, de diffusion et de rencontre avec le public-lecteur qui vivra une expérience concrète d’écriture et de lecture tout en prenant connaissance du travail complexe et esthétique de recherche et de construction propre au métier d’écrire. Le tout sera animé par Shanti Van Dun, professeure de littérature au cégep Édouard-Montpetit.

Activité gratuite!

Déroulement:

– 10h00 à 12h30 : rencontre d’échanges et de discussions publics à la salle Albert-Beaudry, Maison de la culture de Longueuil, édifice Marcel-Robidas, située au 300, rue Saint-Charles Ouest.

– 12h30 à 14h30 : temps de création réservé aux écrivain·es pour de l’écriture in situ dans trois restaurants du Vieux-Longueuil.

Un comptoir de prêt de livres

Durant la pause repas, le public sera également libre de casser la croûte dans l’un ou l’autre des restaurants participants – L’Gros Luxe et la Piazzetta –, où il pourra, en même temps, feuilleter les œuvres des écrivain·es invité.es et des essais littéraires. Les livres, qui pourront être empruntés à la Maison de la culture, seront gracieusement prêtés par le Réseau des bibliothèques publiques de Longueuil. Ces livres pourront être retournés sur place le jour même ou dans l’une des bibliothèques de Longueuil.

– 15h00 à 17h00 : retour sur les créations et lecture publique d’extraits à la librairie Alire, Place Longueuil (entrée porte P-6, rue Joliette), 17-825, rue St-Laurent Ouest.

Les personnes intéressées peuvent assister à un seul volet ou aux deux volets ouverts au public. »

Plus d’informations sont disponibles ici.

Conférences d’Yvon Rivard

Yvon Rivard, essayiste, romancier et professeur à la retraite, a publié dernièrement un recueil d’essais dans lequel il se porte notamment à la défense de la formation générale au cégep. Intitulé Le chemin de l’école, ce livre est à la fois littéraire, politique, critique et méditatif. Sa conférence intitulée « Désir de secourir, désir d’éveiller », prononcée en nos murs lors de la journée pédagogique d’octobre dernier, a été enrichie et figure dans ce recueil.

Si vous avez envie non seulement de le lire, mais de l’entendre, voici deux possibilités:

Shanti Van Dun animera un entretien avec lui le 3 octobre prochain à la Librairie Paulines.

– Éric Martin, professeur au Département de philosophie, accueillera Yvon Rivard le 27 novembre prochain, au B-105 sur l’heure du midi. Tous les professeur.es et étudiant.es du cégep y sont invité.es.

Journée d’étude sur l’écrivain Hervé Guibert

Le lundi 16 septembre aura lieu au Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal une journée d’étude sur l’écrivain Hervé Guibert intitulé «Hervé Guibert: potentialités de recherche et de création.» Notre collègue Pascale Millot y animera la deuxième séance de la journée intitulée «Déplacements géopolitiques et questions ouvertes dans les soins et le rêve de guérison», un dialogue avec le docteur Jean-Pierre Routy, médecin spécialiste du Sida. Pour de plus amples renseignements, voir la page Facebook de l’événement.

Jean-Claude Brochu à l’Université de Toulon

Du 28 au 29 mai, Jean-Claude Brochu sera de passage à l’Université de Toulon, où il participera à un colloque sur « Julien Green et la formation de l’esprit ». Ci-dessous, le début de sa communication intitulée « Introduction à la méthode de Julien Green ».

*

Les trois années d’études universitaires aux États-Unis succèdent, pour Julien Green, à «quelques mois de service dans l’artillerie française[1]» au terme de la Première Guerre mondiale. À nous fier aux divers témoignages d’appelés ou d’engagés, nous comprenons que l’expérience de la guerre laissa chez plusieurs d’entre eux une avidité d’apprendre, un besoin de vivre dans les choses de l’esprit, de remonter vers la partie intellectuelle de l’homme, après avoir vécu surtout par le corps. L’idiosyncrasie greenienne renforce évidemment une telle disposition.

Pour renchérir sur Littré, la formation de l’esprit ne va pas sans une intention de lui faire acquérir ici, par l’intermédiaire d’une éducation, les facultés intellectuelles, l’aptitude à comprendre, à saisir et à juger. Apparentée aux arts libéraux, l’éducation américaine de Green accorde une place prépondérante à la littérature, et ce, malgré sa relative instrumentalisation. C’est là un cheminement à suivre d’abord dans Terre lointaine, le troisième volume de l’autobiographie de Julien Green, puis dans l’éclairage nouveau que lui apporte l’auteur avec la publication, en 1993, de pages inédites de son Journal intitulé On est si sérieux quand on a 19 ans.

Nous voyons le jugement de Green se façonner dans ces deux livres par les mouvements inductif et déductif, et de multiples comparaisons antithétiques entre l’Amérique et la France. L’enseignement des professeurs et ses lectures aident l’étudiant Green à mieux cerner son «secret[2]», car tout jeune lecteur ne manque pas de se voir au miroir des livres. Et si la lucidité constitue l’une des habitudes mentales des plus souhaitables, elle commence par faire appel à la pensée critique. Former son esprit, c’est donc critiquer et se poser des questions – fût-ce au prix, pour Green, en ces années de formation, de son peu d’aptitude à vivre.

[1] Terre lointaine, Paris, éditions Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1977, tome V, p. 1043.

[2] Ibid., p. 1098.