Félicitations aux gagnantes du Concours de nouvelles littéraires!

Les membres du jury Anyse Boisvert, Annie Dulong, Audrey Lemieux, Julia Pawlowicz, Mélanie Rivest et Caroline Charbonneau tiennent à féliciter les trois gagnantes du concours de nouvelles littéraires 2019 ainsi que tous les autres participants. 

Le premier prix est attribué à Vickie Miller-Vachon pour son texte Trémolo, le deuxième prix à Marie-Pierre Bellemare pour Qui seras-tu?  et le troisième prix à Maxim Demers pour Rouge d’automne

Que soit enfin remercié chaleureusement le Service des affaires étudiantes pour l’attribution des trois bourses de 300$, 200$ et 100$.

Entretien avec Yvon Rivard

Éric Martin, professeur de philosophie, nous convie à un entretien avec Yvon Rivard le 27 novembre prochain, à 12 h 15 au B-105. Il sera question de son dernier essai, Le chemin de l’école, dans lequel il se porte à la défense de la formation générale au cégep. 

Marathon d’écriture 2019

«Le Marathon d’écriture, c’est un ensemble de cinq ateliers de création littéraire visant à titiller la fibre artistique des étudiants de tous programmes, nuitamment et dans une atmosphère des plus détendues.

Cette année, l’un des ateliers sera d’ailleurs dirigé par Jean-Christophe Réhel, lauréat de l’édition 2018-2019 du Prix littéraire des collégiens.

Autre nouveauté : les étudiants qui en auront envie pourront aller se dégourdir les jambes lors d’une courte séance de spinning organisée par Martin Rivest, le grand manitou du socioculturel à Édouard. (Espadrilles et vêtements de rechange sont à prévoir pour les intéressés.)

C’est le 13 novembre au café étudiant ; lever du crayon à 19 heures. Un buffet sera servi.

Au plaisir de vous y voir,

Benoit Moncion et Alexandre Bleau»

Laboratoire de l’écrivain 2019

« La capacité d’inventer, de rêver et de fabuler appartient à chaque être humain et le nourrit profondément. C’est sans doute une des parts les plus fortes et lumineuses de notre humaine condition. Le Laboratoire de l’écrivain des Productions Langues pendues veut mettre en lumière le travail en amont du livre, ce travail qui accompagne l’élaboration d’un monde complexe de langage, qu’il soit poétique, narratif, dramatique ou discursif.

Pour ce faire, les écrivain.es Jonathan CharetteDavid ClersonFanie Demeule et Gilles Jobidon questionneront leur démarche par le biais de discussions sur le métier d’écrire, d’écriture in situ et de lectures d’extraits. L’artiste et chercheure Isabelle Choinière sera aussi des invité.es afin d’apporter un regard transdisciplinaire à la discussion. Cette année, une nouveauté, un partenariat avec le Festival interculturel du conte de Montréal nous permettra de recevoir notre première participante internationale, soit la conteuse belge Catherine Pierloz.

L’événement, qui se déroulera dans le Vieux-Longueuil, est une occasion de performance, de diffusion et de rencontre avec le public-lecteur qui vivra une expérience concrète d’écriture et de lecture tout en prenant connaissance du travail complexe et esthétique de recherche et de construction propre au métier d’écrire. Le tout sera animé par Shanti Van Dun, professeure de littérature au cégep Édouard-Montpetit.

Activité gratuite!

Déroulement:

– 10h00 à 12h30 : rencontre d’échanges et de discussions publics à la salle Albert-Beaudry, Maison de la culture de Longueuil, édifice Marcel-Robidas, située au 300, rue Saint-Charles Ouest.

– 12h30 à 14h30 : temps de création réservé aux écrivain·es pour de l’écriture in situ dans trois restaurants du Vieux-Longueuil.

Un comptoir de prêt de livres

Durant la pause repas, le public sera également libre de casser la croûte dans l’un ou l’autre des restaurants participants – L’Gros Luxe et la Piazzetta –, où il pourra, en même temps, feuilleter les œuvres des écrivain·es invité.es et des essais littéraires. Les livres, qui pourront être empruntés à la Maison de la culture, seront gracieusement prêtés par le Réseau des bibliothèques publiques de Longueuil. Ces livres pourront être retournés sur place le jour même ou dans l’une des bibliothèques de Longueuil.

– 15h00 à 17h00 : retour sur les créations et lecture publique d’extraits à la librairie Alire, Place Longueuil (entrée porte P-6, rue Joliette), 17-825, rue St-Laurent Ouest.

Les personnes intéressées peuvent assister à un seul volet ou aux deux volets ouverts au public. »

Plus d’informations sont disponibles ici.

Découvrez les nouveautés du mois de septembre du Français s’affiche

En ce mois de septembre 2019, le Cégep vous invite à visiter la vitrine Web Le français s’affiche et à visionner le témoignage de Dominic Champagne, ainsi qu’à lire les entrevues accordées par Michel Rivard et Yves Duteil pour découvrir, entre autres, ce que représente le français pour eux.

Vous êtes également invités à visiter la toute nouvelle page Facebook du Français s’affiche.

Grâce à cette vitrine, Le français s’affiche bénéficie d’un canal supplémentaire pour poursuivre sa mission visant à contribuer au développement d’une bonne maitrise de la langue française et à promouvoir la richesse et l’importance du français.

Conférences d’Yvon Rivard

Yvon Rivard, essayiste, romancier et professeur à la retraite, a publié dernièrement un recueil d’essais dans lequel il se porte notamment à la défense de la formation générale au cégep. Intitulé Le chemin de l’école, ce livre est à la fois littéraire, politique, critique et méditatif. Sa conférence intitulée « Désir de secourir, désir d’éveiller », prononcée en nos murs lors de la journée pédagogique d’octobre dernier, a été enrichie et figure dans ce recueil.

Si vous avez envie non seulement de le lire, mais de l’entendre, voici deux possibilités:

Shanti Van Dun animera un entretien avec lui le 3 octobre prochain à la Librairie Paulines.

– Éric Martin, professeur au Département de philosophie, accueillera Yvon Rivard le 27 novembre prochain, au B-105 sur l’heure du midi. Tous les professeur.es et étudiant.es du cégep y sont invité.es.

Concours de nouvelles 2019

Dans le cadre de ses activités de valorisation de la littérature, le Département de littérature et de français organise un concours de nouvelles littéraires ouvert à tous les étudiants du collège. Ce concours, grâce à des bourses de 300$, 200$ et 100$ remises par le Service des affaires étudiantes, permettra de souligner le mérite littéraire de trois de nos étudiants, tous programmes confondus.

Thème du concours
Il s’agit d’écrire une nouvelle littéraire d’au maximum 1 200 mots qui s’inspire de la citation suivante de Paul Auster tirée de son roman 4 3 2 1 : « Oui, tout était possible, et si les choses arrivaient d’une certaine façon, cela ne voulait pas dire qu’elles ne pouvaient pas arriver autrement. »

Modalités de participation
L’étudiant devra déposer six copies de sa nouvelle à la coordination du Département de littérature et de français (au local E-107 à Longueuil ou au Centre d’aide en français à l’ÉNA) au plus tard le 22 octobre 2019.

L’étudiant ne peut soumettre qu’une seule nouvelle.

Pour assurer la confidentialité du concours, l’étudiant signera sa nouvelle d’un pseudonyme. Il devra joindre à son texte une enveloppe scellée sur laquelle il inscrira ce pseudonyme et qui contiendra les informations suivantes : son véritable nom, son numéro d’étudiant et son numéro de téléphone.

Critère d’admissibilité
Le concours est destiné à tous ceux qui étudient à temps complet à l’un ou l’autre des campus du Cégep Édouard-Montpetit.

Critères d’évaluation
Les critères d’évaluation seront la qualité de la langue, la cohérence de l’ensemble et l’originalité du propos.

Les membres du jury pour 2019 sont Anyse Boisvert, Annie Dulong, Audrey Lemieux, Julia Pawlowicz, Mélanie Rivest et Caroline Charbonneau

Publication d’un recueil de poèmes de Mathieu Blais

Le plus récent recueil de poésie de Mathieu Blais paraît aujourd’hui. La quatrième de couverture de Sudan et Najin et Fatu se présente ainsi :

«Puis il n’y eut plus que Sudan et Nasima, et Nabiré et Najin, et Najin et Saut donnèrent naissance à Fatu, et Sudan est mort cette année-là, et ils ne furent plus que deux. Deux, et nous étions là, à compter. Et tu parlais, tu continuais de parler, Cassandre, mon amour. Et ma langue morte s’aiguisait sur la pierre noire.»