Les princes du ring

27Le studio-télé a été plongé dans la noirceur exaltante des Pugila[r]ts le 13 avril dernier.

Pour l’occasion, les étudiants de l’option Théâtre, Les Dramatiques (Dominique Boisvert, Ariane Dorion. Arielle Thiffault, Samuel Lamarre, Félix Gagnon, Aude Vallerand), entrainés par la professeure Caroline Lauzon, affrontaient les étudiants de l’option Littérature, Les Lettrés (Camille Duceppe, Émilien Néron, Julianne Vincent, Marianne Godbout, Pénélope Ouellet et Floriane Simard), entraînés par le professeur François Harvey.

Les professeurs et les étudiants conviés au spectacle ont pu assister à trois rounds de quiz littéraire des plus inventifs. Le thème de la soirée, « Montréal », (en l’honneur du 375e de la ville) était l’objet des différentes questions : le premier ou la première à toucher au punching bag avait droit de réponse.

Outre ce jeu par questions et réponses – les spectateurs avaient parfois droit de réplique (on salue, dans ces lignes, l’érudition de Jérémy Champagne) –, les pugilistes ont offert au public des lectures-performances, à chaud ou à froid, souvent émouvantes. Nous avons pu entendre le magnifique « Montréal a les yeux gris » de Jean-Paul Daoust (poète et ancien professeur au Collège) ou encore la prose de Christian Mistral, dans un extrait tiré de Vamp. Chaque équipe projetait aussi un court-métrage ou bien avait à proposer un dialogue sur le thème « Entendu dans le métro de Montréal ». Les membres du Jury (Sébastien Hamel, Pascale Millot, Mélanie Rivest, Jasmine Lachance) attribuaient ensuite une note à chacune des équipes.

Il y a eu un entracte.

Il y avait un photographe : Nicolas Chalifour, professeur de littérature.

Il y a eu une remise de bourses, celle des professeurs de l’option Littérature, le prix « Chouchou » (Prévert ne serait pas content), attribué à la remarquable Pénélope Ouellet ; celle de Théâtre est allée à l’extraordinaire Dominique Boisvert.

Le trophée Le Rollin (patronyme de l’illustre et retraité professeur Jacques) a été remis aux Lettrés pour une deuxième année consécutive, mais les Drama Queen (sobriquet attribué à l’équipe par le jury « Hamel Hamel ») sont passés bien près de ravir le titre, le pointage final étant de 58.8 contre 58.2.

On félicite chaleureusement tous les participants, les entraineurs, sans oublier l’organisateur de cette soirée : Marco Bergeron, professeur de littérature.

On ne saurait terminer sans remercier l’arbitre, Philippe Le Page, très chic dans sa chemise blanche (sponsorisé par La ParisienneTM) et arborant fièrement le nœud papillon noir, plein d’humour et d’esprit !

N. E.

Mathieu Blais en résidence à… Longueuil

Blais - résidenceDepuis le 24 avril dernier et jusqu’au 23 juin, Mathieu Blais sera en résidence à la bibliothèque Raymond-Lévesque de Longueuil. Cette résidence d’écriture offerte par le Conseil des arts de Longueuil, le Service des bibliothèques de la Ville de Longueuil et la librairie Alire est assortie d’un soutien financier de 5000 dollars. Tous les auteurs demeurant à Longueuil peuvent soumettre leur candidature.

Pendant huit semaines, 25 heures par semaine, le romancier (La liberté des détours, Leméac), poète (Notre présomption d’innocence, Triptyque) et professeur de littérature au Cégep Édouard-Montpetit s’installera dans une grande salle d’étude inondée de lumière pour travailler à l’écriture du deuxième roman d’un cycle de trois portant sur la violence. « C’est le récit d’un amour en prison, précise Mathieu. Une histoire d’aliénation, de jalousie. »

À la fin de l’été, le 16 août, juste avant le retour en classe, il lancera le premier roman de ce nouveau cycle. Sainte-Famille (Leméac) évoque le thème de la violence conjugale à travers trois personnages aux prises avec ce fléau. Roman à thèse d’un écrivain engagé ? « Je préfère adopter une posture d’empathie plutôt que de sympathie, précise l’écrivain-professeur. Je n’explique pas les causes, je laisse plutôt mes trois personnages – le mari, la femme et l’enfant – agir et s’exprimer selon leur propre point de vue. »

Quant au dernier de ce triptyque, « un brûlot western portant sur la justification de la violence dans nos sociétés », il est lui aussi déjà en chantier.

En plus de profiter de la bibliothèque Raymond-Lévesque (« un lieu magnifique ») pour écrire, notre collègue y offre des ateliers de création littéraire dans le cadre d’un programme de médiation culturelle. « Je propose aux usagers de la bibliothèque des exercices d’écriture. Les participants sont d’avides lecteurs qui fréquentent régulièrement la bibliothèque et aiment écrire. Du coup, cela donne lieu à des propositions intéressantes. »

P. M.

Les étudiants de première année en Théâtre présentent Le psychomaton

PsychomatonLa troupe des Indécis, formée d’étudiants de première année de l’option Théâtre du programme Arts, lettres et communication, fera sa première apparition sur scène avec la pièce Le psychomaton. Deux présentations gratuites sont proposées le mercredi 10 mai, à 12 h 30 et à 19 h 30, au studio-télé du campus de Longueuil (local D-2316).

La pièce d’Anne-Marie Olivier, mise en scène par Lyne Hains, professeure de théâtre au Cégep, raconte l’histoire de Josée, une optimiste ambitieuse, et celle de Polo, un homme ingénieux et surtout amoureux, qui tenteront ensemble de changer la face du monde à l’aide d’une invention qu’ils espèrent révolutionnaire.

« Avec cette pièce écrite en 2007, Anne-Marie Olivier crée une mosaïque de personnages drôles, émouvants et parfois déjantés, précise Lyne Hains. Ce fut un immense plaisir de diriger cette troupe de jeunes comédiens. Ils ont mis tout leur cœur à créer de merveilleux personnages et à concevoir costumes et décors. Ils sont maintenant prêts à vous présenter, avec fierté, le fruit de leur travail. »

La distribution est composée de Catherine Alepin, Marjorie Bernier, Sandryne Chartrand, Benoit Dupuis, Nadège Gadoua, Félix Gagnon, Charles Malo-Blais, Sabrina Parisella, Ellie Pelletier, Virginie-Anne Pigeon, Patrice Ranger, Mélanie Rivard, Caroline Rousseau, Pierre Tripard et Aude Vallerand.

Deuxième édition des Pugila[r]ts le 13 avril

Pugilarts 2017Ce jeudi 13 avril aura lieu la deuxième édition des Pugila[r]ts. À compter de 19 h, au studio-télé, des étudiants de l’option Théâtre (les Dramatiques, dirigés par Caroline Lauzon) affronteront des étudiants de l’option Littérature (les Lettrés, entraînés par François Harvey) dans le cadre d’impétueuses olympiades culturelles. Au programme, des lectures-performances, de la photographie, des courts-métrages, de l’écriture in situ et un quiz de type « Génies en herbe ». Soyez rassurés, les coups bas seront interdits et l’arbitre Philippe Le Page s’assurera par ailleurs que les performances respectent le thème de cette année : « Montréal ». Les pugilistes devront livrer une bataille de plusieurs rounds avant que les membres du jury puissent déterminer laquelle des équipes se méritera le fameux Rollin, trophée exposé dans le Boulevard des écrivains depuis l’an dernier. Soyez nombreux à venir les encourager, et notez que vous pouvez apporter avec vous un petit remontant alcoolisé pour vous réchauffer dans les estrades !

Bal masqué pour les étudiants du projet Thésée

ThéséeLes étudiants du projet Thésée (projet d’exploration culturelle à Paris) vous invitent à leur soirée d’animation-financement intitulée « Démasquons Paris ». La soirée, divisée en deux volets, promet d’être festive. De 17 h à 19 h, plusieurs projets artistiques réalisés par les étudiants en lien avec Paris (sketchs, projection d’un vox-pop, téléjournal, etc.) seront présentés pendant que les spectateurs se sustenteront de bouchées judicieusement choisies ainsi que de boissons patiemment fermentées. Le reste de la soirée s’inscrira sous le thème du bal masqué : masques, musique, prises de photo du style « photomaton » et toute la folie ordinaire des théséeens. Le tout aura lieu le vendredi, 24 mars, au café étudiant du cégep Édouard-Montpetit. Des masques seront en vente sur place pour les visages nus.

Le coût d’entrée est de 5 $ en pré-vente (au local B-24) et de 8 $ à la porte.

Venez nombreux, venez masqués, venez fêter !

Norbert et Robert

norbert-spehnerLe mercredi 8 mars, notre collègue et coordonnateur Robert Saletti s’entretiendra avec notre ancien collègue désormais retraité, Norbert Spehner, spécialiste boulimique du polar et auteur du Détectionnaire (éditions Alire), recension encensée de près de 3000 personnages de la littérature policière. La rencontre aura lieu sur l’heure du midi, lors du trou à l’horaire, à 12h15 à l’espace conférence de la bibliothèque du campus de Longueuil.

Production théâtrale dirigée : Too Much!

Mise en scène de Caroline Lauzon assistée de Dominique Boisvert, photos et costumes de Jasmine Lachance, scénographie et éclairage de Suzie Bilodeau

Les étudiants de l’option théâtre inscrits au cours de Production dirigée ont présenté le 30 novembre 2016  à la salle Jean-Louis-Millette du Théâtre de la ville le résultat d’un processus de création entrepris en août 2016.  La recherche s’est amorcée autour du thème de la démesure, un élément étroitement lié au conflit dramatique. Le résultat est un objet excessif, baroque et débridé, un collage de textes écrits par quelques étudiants de la troupe (Emmanuel Bossé-Messier, Ariane Dorion et Roxane Trudel) et par des dramaturges québécois contemporains : François Archambault, Annick Lefebvre, Catherine Léger, Mathieu Leroux et François Létourneau.

Lancement des recueils d’essais

EssaisLe jeudi 15 décembre prochain, dans le cadre du cours Essai de l’option Littérature du Département de littérature et de français, les étudiants du professeur Jean-Claude Brochu lanceront quatre recueils d’essais. L’évènement aura lieu devant l’entrée de la bibliothèque du campus de Longueuil, de 17 h à 19 h.

Les étudiants de l’option Théâtre en spectacle

Too MuchLes étudiants de l’option Théâtre du programme Arts, lettres et communication, communément désignés sous le nom de scène « troupe Lazzi », vous convient à leur spectacle de création, intitulé Too Much, qui aura lieu ce mercredi 30 novembre. Une générale ouverte au public a lieu à 12 h 15, tandis que la représentation du soir est prévue à 20 h. Les deux représentations ont lieu à la salle Jean-Louis-Millette du Théâtre de la ville.

Les étudiants et leur professeure, Caroline Lauzon, ont travaillé autour de l’idée de la démesure, à partir de textes québécois contemporains de François Archambault, d’Annick Lefebvre, de Catherine Léger, de Mathieu Leroux et de François Létourneau. Quelques textes sont aussi de la plume des étudiants du groupe.