Concours de nouvelles 2019

Dans le cadre de ses activités de valorisation de la littérature, le Département de littérature et de français organise un concours de nouvelles littéraires ouvert à tous les étudiants du collège. Ce concours, grâce à des bourses de 300$, 200$ et 100$ remises par le Service des affaires étudiantes, permettra de souligner le mérite littéraire de trois de nos étudiants, tous programmes confondus.

Thème du concours
Il s’agit d’écrire une nouvelle littéraire d’au maximum 1 200 mots qui s’inspire de la citation suivante de Paul Auster tirée de son roman 4 3 2 1 : « Oui, tout était possible, et si les choses arrivaient d’une certaine façon, cela ne voulait pas dire qu’elles ne pouvaient pas arriver autrement. »

Modalités de participation
L’étudiant devra déposer six copies de sa nouvelle à la coordination du Département de littérature et de français (au local E-107 à Longueuil ou au Centre d’aide en français à l’ÉNA) au plus tard le 22 octobre 2019.

L’étudiant ne peut soumettre qu’une seule nouvelle.

Pour assurer la confidentialité du concours, l’étudiant signera sa nouvelle d’un pseudonyme. Il devra joindre à son texte une enveloppe scellée sur laquelle il inscrira ce pseudonyme et qui contiendra les informations suivantes : son véritable nom, son numéro d’étudiant et son numéro de téléphone.

Critère d’admissibilité
Le concours est destiné à tous ceux qui étudient à temps complet à l’un ou l’autre des campus du Cégep Édouard-Montpetit.

Critères d’évaluation
Les critères d’évaluation seront la qualité de la langue, la cohérence de l’ensemble et l’originalité du propos.

Les membres du jury pour 2019 sont Anyse Boisvert, Annie Dulong, Audrey Lemieux, Julia Pawlowicz, Mélanie Rivest et Caroline Charbonneau

Passez au salon

cartographiesDeux professeurs du Département de littérature et de français seront au Salon du livre de Montréal qui commence le mercredi 16 novembre à la Place Bonaventure.

Nos collègues Annie Dulong et Mathieu Leroux occuperont le stand des éditions La Mèche pour y dédicacer Cartographies I : Couronne Sud, premier recueil de nouvelles d’une série consacrée à la banlieue. « Le dernier été » d’Annie Dulong se déroule à Sainte-Martine, tandis que « Cendré », de Mathieu Leroux, a pour décor la flamboyante McMasterville.

Trois autres auteurs ― Éric Godin, Nicholas Dawson et Guillaume Bourque ― y proposent également une nouvelle, sur Godmanchester, Brossard et Boucherville respectivement.

Annie et Mathieu seront présents pour signer cet ouvrage le samedi 19 novembre, de 13 h à 14 h, et le dimanche 20 novembre de 13 h 30 à 14 h 30.

Tous deux participeront également à une table ronde intitulée « Arpenter la banlieue, écrire la périphérie ». Animée par l’éditeur Pierre-Luc Landry, la rencontre aura lieu à l’Agora du Salon, dimanche, à 12 h 15. Les participants y discuteront joyeusement de « la représentation des zones suburbaines ».

P. M.

Annie Dulong au 84e congrès de l’Acfas

Habiter les ruinesDans le cadre du 84e congrès de l’Acfas, Habiter les ruines de l’université : Bill Readings, 20 ans plus tard, qui se tiendra à l’UQÀM, du jeudi 12 mai au vendredi 13 mai, Annie Dulong, professeure de littérature au Cégep Édouard-Montpetit, donnera une conférence intitulée « Posture de l’intellectuelle dropout » le vendredi 13 mai à 11 h : « Pour réfléchir à l’université honnêtement, il ne faut pas ignorer toutes les forces négatives qui y sont à l’œuvre, et le fort pouvoir de dissuasion que l’institution peut avoir. Parfois, l’université oblige à décrocher. »

Quand la réalité dépasse la fiction

Penser l'événementDans le cadre de la journée d’étude Penser l’évènement ? Des signes précurseurs aux lendemains qui (dé)chantent, notre collègue Annie Dulong prononcera une conférence intitulée « Imaginaire de l’absence : horizon de la disparition ». Elle y abordera un thème qui lui est cher : les attentats du 11 septembre 2001 et l’inscription de cet évènement traumatique dans la littérature. « Ma conférence porte sur l’absence des tours et des évènements du 11 septembre dans Chronic City de Jonathan Lethem. L’évènement n’y est jamais nommé, mais on y parle notamment de “days of fog”, de “grey days” et d’un “trou” », explique la professeure de littérature au Cégep.

Annie Dulong est titulaire d’un doctorat en création de l’Université Laval sur les théories de l’acte créateur dans les formes brèves et d’un post-doctorat de l’UQAM et de la New School for Social Research (New York) sur l’imaginaire du 11 septembre. Elle est également l’auteure d’un roman, Onze (L’Hexagone) qui met en scène des gens ordinaires happés par l’horreur du 11 septembre 2001. Des gens pris, bien malgré eux, au piège de ce que Georges Perec appelait « l’Histoire avec sa grande hache ».

Penser l’événement ? Des signes précurseurs aux lendemains qui (dé)chantent, 9 mars, de 9h30 à 16h30, Université de Montréal (C-8141).

La conférence d’Annie Dulong aura lieu à 14h.

Pour le programme complet, voir la page Facebook liée à l’événement.