Publication d’un recueil de poèmes de Mathieu Blais

Le plus récent recueil de poésie de Mathieu Blais paraît aujourd’hui. La quatrième de couverture de Sudan et Najin et Fatu se présente ainsi :

«Puis il n’y eut plus que Sudan et Nasima, et Nabiré et Najin, et Najin et Saut donnèrent naissance à Fatu, et Sudan est mort cette année-là, et ils ne furent plus que deux. Deux, et nous étions là, à compter. Et tu parlais, tu continuais de parler, Cassandre, mon amour. Et ma langue morte s’aiguisait sur la pierre noire.»

Franchement

Francoeur est la dixième œuvre publiée par Mathieu Blais, écrivain et professeur au Département de littérature. C’est le récit d’un écorché vif de la vie qui illumine le quotidien de ses codétenus, en particulier Bronco, compagnon de déroute de Francoeur et narrateur de cette palpitante histoire de violence, de dépossession et d’amour. Nous avons rencontré notre collègue à l’occasion de cette parution.

Le blogue : Où situer Francoeur dans l’ensemble de ton œuvre ?

Mathieu Blais : En pleine continuité avec ce qui a précédé. Ce qui m’intéresse, ce sont les opprimés, la marge. J’ai débuté ma « carrière » comme poète, dans la marge de la marge si l’on veut, et j’ai toujours cherché à investir les figures de la marginalité et de la pauvreté, les maganés de la vie. Francoeur est le deuxième de trois livres sur la violence. Sainte-Famille traitait de violence conjugale, Francoeur traite de violence amoureuse, le dernier traitera de violence révolutionnaire. Le mot révolutionnaire fait défaut aujourd’hui au Québec, n’est pas véritablement investi. J’explore toujours le tumulte intérieur des colonisés. Du black bloc à la femme victime de violence conjugale, la violence renvoie à notre aliénation. Encore aujourd’hui nous restons profondément colonisés, mais ancré dans la question des classes sociales, en littérature en tout cas, cet état est porteur sur le plan narratif.

Le blogue : Vois-tu un lien entre ton travail de romancier et ce que des critiques ont appelé la littérature de la chainsaw ?

M.B. : Peut-être dans le réinvestissement de la figure du territoire, de sa langue, mais je n’écris pas en fonction d’une soi-disant école, non.  De manière générale, quelque chose se libère progressivement en moi et je me retrouve comme conteur de plus en plus. Si on veut chercher un intertexte à Francoeur ce serait Novecento : une même manière de parler, le recours au huis clos, l’imagination d’un ailleurs, mais le réalisme magique en moins. Comme pour le personnage éponyme du livre de Baricco, c’est aussi l’idée d’une bonne histoire à raconter. Le point de départ de Francoeur, c’est un fait divers : il y a dix ans un camion était lancé dans le bunker des Hells à Sorel et prenait feu.

Le blogue : Quel rôle joue la violence ?

M.B. : Dans certains cas, la violence est souvent nécessaire pour briser le cycle de la répétition et de l’aliénation (Fanon) et de la violence infligée à soi-même et à ses frères (c’est le cas de Francoeur). Depuis les années 1940 on assiste à une fragmentation des luttes identitaires, par ailleurs absolument nécessaire, mais qui dissout tout projet national. On parle beaucoup d’intersectionnalité mais quel en est le point focal ?  Est-ce porteur d’un projet de société ?  Je suis un anticapitaliste primaire (rires). La violence dans nos sociétés est désormais balisée par la classe moyenne qui est une sorte de fausse classe – ni pauvre ni riche, ni tout à fait locataire ou propriétaire. Toujours est-il que mon rapport au social, et à la violence en particulier, s’exprime par des figures de pauvreté et de criminalité et Francoeur est une histoire de survivance. Bronco et Francoeur sont pris dans un système qui les broie, ils vont s’utiliser l’un l’autre, c’est leur réciprocité qui donne un sens à l’histoire. Les jeux d’alliance et d’amitié ne font qu’un temps dans un contexte d’exploitation.

Le blogue : Quel est ton rapport au travail d’écriture ?

M.B. : J’ai eu la chance extraordinaire de bénéficier d’une résidence d’écriture à l’été 2017 à la Bibliothèque Raymond-Lévesque où j’ai été confiné à un bureau avec un horaire serré pendant quelques mois. Un écrivain dans une cage de verre ! (rires) Et j’ai adoré cela car je suis très discipliné. Je dois avoir un fasciste intérieur (rires). En temps normal, il m’est relativement difficile de réserver du temps à l’écriture compte tenu de ma vie familiale et de mon travail de prof. La résidence m’a fait un bien fou.

Le blogue : As-tu écrit Francoeur rapidement ?

M.B. : Oui, pratiquement d’un seul jet. La première version fut écrite de manière farouchement spontanée. Dans Sainte-Famille, je m’étais intéressé au flux de conscience des trois personnages, et cela a ouvert quelque chose dans ma pratique d’écriture. Francoeur a été comme un robinet ouvert qui n’arrêtait plus de couler. À la limite, j’aurais publié Francoeur comme je l’ai d’abord écrit, soit sans ponctuation, mais on m’en a dissuadé (rires). Il y a quand même l’exigence du narratif, d’un certain public lecteur, même minimal.

Le blogue : Vises-tu un plus grand public, davantage de reconnaissance ? La littérature peut-elle encore changer le monde ?

M.B. : Ce sont deux questions différentes. À la base je ne suis pas quelqu’un de « public ». Ça m’a pris un doctorat pour me rendre compte que l’université n’était pas faite pour moi, ça m’a pris dix livres pour me rendre compte que l’écrivain « public » ce n’est pas vraiment moi non plus. Ce qui n’enlève rien à l’importance d’élaborer des représentations du monde qui influenceront le lectorat. C’est la même chose pour le professeur que je suis. J’espère agir comme révélateur mais les étudiants ont du chemin à faire et je ne sais pas si l’institution collégiale peut à elle seule faire d’eux des lecteurs. Mes espoirs sont-ils moins élevés qu’au début de ma carrière ? Peut-être mais on cherche toujours son cachalot blanc, et flamber les consciences reste encore mon objectif. Je suis plus anarchiste qu’indépendantiste finalement (rires).

Le blogue : Es-tu un lecteur de littérature policière ou criminelle ?

M.B. : La littérature de genre ne m’a pas tant nourri mais j’aime un certain type de romans noirs. Je crois que je vais de plus en plus dans cette direction. J’aime ce que la littérature révèle du social dans ce qu’il peut avoir de sordide. La littérature de genre qui a des qualités littéraires, qui fait parler le social et qui est un plaisir de lecture aussi, pourquoi pas ! Je lis actuellement du Tony Hillerman, qui donne dans l’ethnopolar. Je suis surtout un grand lecteur d’Edward Abbey, Charles Bukowski, Tony Morrison. Le méridien de sang de Cormac McCarthy, par exemple, est un roman de fou – toute son œuvre est à lire, de toute façon. Avons-nous cela au Québec ? Avec le temps, comme plusieurs, je retourne à une certaine américanité. Que ce soit Mistral, Hamelin, Archibald, Grenier ou la dite littérature de la chainsaw, nous sommes très américains dans la façon que nous avons de parler de la nature, de nous raconter. Mais, pour parler plus strictement de mon maître à penser, je cherche encore le Thoreau québécois (rires).

(propos recueillis par Robert Saletti)

Les Productions Langues pendues présentent le Laboratoire de l’écrivain, 2e édition

« Longueuil.

Samedi 20 octobre 2018.

La capacité d’inventer, de rêver et de fabuler appartient à chaque être humain et le nourrit profondément. C’est sans doute une des parts les plus fortes et lumineuses de notre humaine condition. Le Laboratoire de l’écrivain des Productions Langues pendues veut mettre en lumière le travail en amont du livre, ce travail qui accompagne l’élaboration d’un monde complexe de langage, qu’il soit poétique, narratif, dramatique ou discursif.

Pour ce faire, les écrivains Mathieu BlaisNicolas ChalifourHélène DucharmeSébastien Dulude et Louise Dupré questionneront leur démarche par le biais de discussions sur le métier d’écrire, d’écriture in situ et de lectures d’extraits. Cette année, une nouveauté, l’artiste en arts visuels Brigite Normandin apportera un autre éclairage à la journée. L’événement, qui se déroulera dans le Vieux-Longueuil, est une occasion de performance, de diffusion et de rencontre avec le public-lecteur qui vivra une expérience concrète d’écriture et de lecture tout en prenant connaissance du travail complexe et esthétique de recherche et de construction propre au métier d’écrire. Le tout sera animé par Shanti Van Dun, enseignante de littérature au cégep Édouard-Montpetit.

Activité gratuite!

Déroulement

– 10h00 à 12h30 : rencontre d’échanges et de discussions publiques à la salle Albert-Beaudry, Maison de la culture de Longueuil, édifice Marcel-Robidas au 300, rue Saint-Charles Ouest.

– 12h30 à 14h30 : temps de création réservé aux écrivain.e.s pour de l’écriture in situ dans trois restaurants du Vieux-Longueuil.

Une nouveauté cette année : un comptoir de prêt de livres

Durant la pause repas, le public sera également libre de casser la croûte dans l’un ou l’autre des trois restaurants participants – L’Gros Lux, L’incrédule et la Piazzetta –, où ils pourront, en même temps, feuilleter les œuvres des écrivains invités et des essais littéraires. Les livres, qui pourront être empruntés à la Maison de la culture, seront gracieusement prêtés par le Réseau des bibliothèques publiques de Longueuil. Ces livres pourront être retournés sur place le jour même ou dans l’une des bibliothèques de Longueuil.

– 15h00 à 17h00 : retour sur les textes et lecture publique d’extraits à la librairie Alire, Place Longueuil (entrée porte P-6, rue Joliette), 17-825, rue St-Laurent Ouest.

Les personnes intéressées peuvent assister à un seul volet ou aux deux volets ouverts au public.

Le Laboratoire de l’écrivain est une conception de France Mongeau, écrivaine et professeure de littérature, ainsi que Valérie Carreau, écrivaine, avec le soutien de Marie-Claude De Souza, fondatrice et directrice des Productions Langues pendues. »

Laboratoire de l’écrivain 2018

Mathieu Blais à Plus on est de fous plus on lit

Sainte-FamilleMathieu Blais participait à l’émission littéraire Plus on est de fous plus on lit, à Ici Première, le mercredi 30 août. Il était interviewé par Mathieu Dugal à propos de son tout nouveau roman, (Sainte-Famille), paru récemment chez Leméac et dont on vous reparlera très bientôt.

Pour écouter l’entrevue, c’est ici.

La fin du monde est dans Le sabord

LeSabord106-1C’est un texte de fin du monde que notre collègue Mathieu Blais publie dans le plus récent numéro de la revue d’art Le sabord, un texte où « Tout commence tout, la mousse, lichen, la tourbe, tout vient de l’humidité, la terre de sa fange, noire et spongieuse, sa légèreté floconneuse […] » pour aboutir à « [l]’encommencement alors – à la limite du monde connu – une autre terre / Parce que j’arrive avec de neuves voyelles et d’irradiantes consonnes / Pour dire / Plus loin / Plus loin, pour exister autrement. »

Tous les auteurs et artistes visuels réunis ici ont produit des œuvres illustrant la brunante, « crépuscule métaphorique, qui évoque le déclin et la faillite, ou instant transitoire où, concrètement, l’obscurité investit la voûte céleste de ses ultimes éclats », explique-t-on en éditorial de cette 106e édition de la revue de création littéraire et visuelle québécoise.

Mathieu Blais, qui aime à réfléchir sur le concept de territoire, a choisi d’aborder ce thème par un long poème narratif accompagné des images crépusculaires de l’artiste Catherine Bolduc. Dans « À la limite du monde connu », une « voix narrative » part à la découverte d’une nouvelle Amérique qui n’existe pas encore. « Je creuse, j’explore, explique le poète-romancier, oscillant entre deux pôles : celui du corps et celui de la roche, du bois, de la forêt. »

On trouvera dans ce beau numéro quelque onze textes d’écrivains dont ceux de Michaël Lachance, David Clerson, David Goudreault et Marie-Hélène Sarrasin, ainsi que plusieurs œuvres d’artistes visuels, dont Aude Moreau et Fiona Annis.

P. M.

Mathieu Blais en résidence à… Longueuil

Blais - résidenceDepuis le 24 avril dernier et jusqu’au 23 juin, Mathieu Blais sera en résidence à la bibliothèque Raymond-Lévesque de Longueuil. Cette résidence d’écriture offerte par le Conseil des arts de Longueuil, le Service des bibliothèques de la Ville de Longueuil et la librairie Alire est assortie d’un soutien financier de 5000 dollars. Tous les auteurs demeurant à Longueuil peuvent soumettre leur candidature.

Pendant huit semaines, 25 heures par semaine, le romancier (La liberté des détours, Leméac), poète (Notre présomption d’innocence, Triptyque) et professeur de littérature au Cégep Édouard-Montpetit s’installera dans une grande salle d’étude inondée de lumière pour travailler à l’écriture du deuxième roman d’un cycle de trois portant sur la violence. « C’est le récit d’un amour en prison, précise Mathieu. Une histoire d’aliénation, de jalousie. »

À la fin de l’été, le 16 août, juste avant le retour en classe, il lancera le premier roman de ce nouveau cycle. Sainte-Famille (Leméac) évoque le thème de la violence conjugale à travers trois personnages aux prises avec ce fléau. Roman à thèse d’un écrivain engagé ? « Je préfère adopter une posture d’empathie plutôt que de sympathie, précise l’écrivain-professeur. Je n’explique pas les causes, je laisse plutôt mes trois personnages – le mari, la femme et l’enfant – agir et s’exprimer selon leur propre point de vue. »

Quant au dernier de ce triptyque, « un brûlot western portant sur la justification de la violence dans nos sociétés », il est lui aussi déjà en chantier.

En plus de profiter de la bibliothèque Raymond-Lévesque (« un lieu magnifique ») pour écrire, notre collègue y offre des ateliers de création littéraire dans le cadre d’un programme de médiation culturelle. « Je propose aux usagers de la bibliothèque des exercices d’écriture. Les participants sont d’avides lecteurs qui fréquentent régulièrement la bibliothèque et aiment écrire. Du coup, cela donne lieu à des propositions intéressantes. »

P. M.

Mathieu Blais reçoit le prix Rina-Lasnier

notre-presomption-d-innocenceLe 9 mai dernier, Mathieu Blais a reçu le prix Rina-Lasnier pour Notre présomption d’innocence (Éditions Tryptique). Ce prix, remis par l’Association des auteurs de la Montérégie (AAM) dans le cadre d’un gala qui s’est tenu à la Maison de la culture de Longueuil, récompense chaque année un poète montérégien. Notre présomption d’innocence, « un poème écrit à la pointe de la bouteille », selon son auteur, aborde la question de l’itinérance au féminin, de la violence, de la marge. « C’est un texte qui n’a rien de complaisant, explique Mathieu Blais. En ce sens, par et pour ce qu’il aborde, je suis d’autant plus heureux qu’il se soit fait remarquer ».

Mentionnons que c’est la deuxième fois que notre collègue professeur, romancier et poète remporte ce prix. « Je doute constamment de ce que je fais, je remets sans cesse en question la pertinence d’écrire. Gagner un prix, c’est, soudainement, un rappel que le texte existe en dehors de moi, librement. Que des gens, parfois, au détour de leurs lectures, peuvent s’y retrouver. Ça n’enlève pas le doute, mais ça l’estompe temporairement. »

La fièvre du jeudi soir!

14Le jeudi 21 avril dernier, la Nuit de la poésie, organisée par les professeurs de littérature Mathieu Blais et François Godin, a connu, pour la quatrième année consécutive, un succès retentissant ! Étudiants et étudiantes de Lettres, de Théâtre et d’Arts plastiques étaient réunis en grand nombre au studio-télé pour y entendre des musiciens de jazz talentueux (Maxence Godefroid, Philippe Lévesque, Félix Geoffrion-Lepage, Simon Ouellette, Renaud Dagenais, Benjamin Bouchard et Sachat Pignot) accompagner, tout en subtilité, des lectures de poèmes.

Parmi les moments forts de la soirée, nous garderons en mémoire l’interprétation théâtrale de Jérémie Gour, émouvante lecture d’extraits de La robe blanche de Pol Pelletier (paru aux Herbes rouges en 2015), la lecture de Florence Dumont-Goyette, s’accompagnant au kazoo, d’un poème de Claude Gauvreau, et celle du collectif Carcajou chien de garde (composé d’Alex Handfield, Youssef Sawan et Jessica Lambert) venu réciter son poème-martèlement « À s’en casser les dents de l’intérieur ». Suivaient la traditionnelle lecture aux flambeaux, un cadavre exquis, un concours de poésie à micro ouvert, puis la performance de Maude Berthiaume, en ballerine esseulée, ne lésinant pas sur le maquillage, histoire d’être La plus belle pour aller danser, chanson de Sylvie Vartan qu’on pouvait entendre jouer en boucle pendant la séance.

D’autres jeunes poètes, des habitués de la Nuit de la poésie, récidivaient pour notre plus grand bonheur : Marie-Kim B.-Genest, Francis R.-Duchesne, Mélissa Gobeil et bien d’autres, venus nous livrer leurs mots avec générosité.

Les professeurs aussi étaient du nombre. François Godin, inspiré par la Patagonie, et Benoît Moncion nous lisaient, en primeur, leurs tout derniers poèmes. Soulignons également la très tonique lecture de Baudelaire réalisée par Alexandre Michaud.

Grâce à la nécessaire et inestimable collaboration de Mireille Lavoie, professeure en arts visuels, nous pouvions également y admirer une sélection d’œuvres réalisées par les étudiants et les étudiantes d’Arts : Elodie Roy, Gabrielle Auclair, Mathieu Turcotte, Justin Beaulieu, Elizabeth Belhadji, Elia Otani et Lawrence Thériault, Gabrielle Cloutier et Pierre-Olivier Houde, Gabrielle Bélanger-Girart, Catherine Tremblay et Laurie Gilbert en vidéo ; Maude Chartier-Desjardins, Lydia Décarie, Olivier Heaps-Drolet, Constance Élisabeth Couture et Raphaël Gervais-Quiblat en peinture-sculpture.

Merci à Jérémie Poirier, l’animateur et à Marco Bergeron, le photographe de la soirée. Et vivement l’année prochaine !